Comment bien se préparer au Mobile Index First de Google ?Titre principal

Depuis Octobre 2017, Google a activé le Mobile Index First aux US au niveau du domaine lui-même et non page à page.

Afin de continuer à augmenter votre volume de trafic et conversions, vous avez donc tout intérêt à ne pas rater cette « migration » vers le Mobile Index First : en terme d’ergonomie mobile, d’expérience utilisateur mobile.

 

Fonctionnement historique de Google

Jusque maintenant, Google indexait la version desktop (version par défaut) d’un site.
Raisons de cette bascule
Il y a plusieurs raisons:

► Google souhaite favoriser la mobilité des internautes, et cela en ayant une approche qu’on appelle « Cross-Device ou Multi-Support » (plus de dépendance à l’index desktop).

► Vu l’explosion du trafic mobile, et donc nécessairement la recherche sur Google Mobile (attention, cela dépend tout de même des zones géographiques : en Asie et en Afrique c’est le cas, en Amérique et en Europe, pas encore) de ces dernières années, il était finalement logique que Google entame la « mutation » de son index vers le mobile afin de matcher avec les besoins des internautes.

► L’émergence de l’AMP (Accelerated Mobile Pages) prouve le souhait de Google d’héberger les contenus progressivement dans son cloud.

Attention, les premiers messages sur la Search Console sont arrivés cette semaine. Ils préviennent que le site est désormais prêt pour l’indexation de la version mobile.

A noter que le critère de bascule est la validation de toutes les condition techniques et non la part de trafic mobile généré comme certains ont pu croire au départ.

 

Date de lancement par Google

Pendant un moment, il a été question d’un lancement courant 2018, mais finalement celui-ci a eu lieu le 25 Octobre 2017 aux Etats-Unis.

Il s’agit d’une bascule lourde de conséquences, et de nombreux tests sont requis.
Google a déjà annoncé que la bascule ne se ferait pas en une seule fois mais en plusieurs couches successives, sur plusieurs années (5 ans selon certaines sources).

 

Les différents scénarii

Selon votre situation, plusieurs cas de gestion sont envisageables :

► Votre site est en Responsive Web Design.

Le design de la page s’adapte à la largeur de l’écran, pas de changement d’url. Et enfin pas de détection du type de device nécessaire.

Google recommande d’utiliser un site en version responsive web design. Si cela est possible, n’hésitez pas à migrer votre site mobile vers la version responsive (plus facile de gérer un site plutôt que deux).

► Dynamic serving.

Même fonctionnement qu’avec le RWD (Responsive Web Design), sauf que le code source s’adapte, afin d’alléger la version mobile.

► Votre site a une version mobile.

Attention, si la version mobile est moins riche que la version desktop, moins travaillée ou moins mise à jour, il y a de fortes pertes à prévoir.
Si c’est le cas de votre site, prévoir dans ce cas de passer à la version RWD pour ne plus avoir ce problème de contenu non mis à jour.

► Vous n’avez pas de version mobile.

Prévoyez-en une très vite.

Ce qui change vraiment avec le Mobile Index First

La nouvelle règle qui s’impose à nous, c’est qu’à partir de maintenant, il faut penser mobile first, tant en terme de conception de page, qu’en terme d’ergonomie ou d’affichage des éléments sur la page.

Avoir un site RWD (Responsive Web Design) n’est pas suffisant :

il faut corriger les erreurs de navigation sur mobile, et optimiser la navigation mobile. Il faut communiquer efficacement avec ses personas, susciter une émotion, répondre efficacement à leurs attentes, fournir ainsi une offre de service efficace.

 

Trois critères de classement sur le nouveau Mobile Index First ressortent

► La vitesse de chargement (d’où le réel besoin d’optimiser le temps de chargement pour desktop et encore plus sur mobile : les mobinautes sont plus impatients encore que les internautes.

► L’expérience utilisateur: ergonomie, affichage et hiérarchisation des contenus, navigation, taille des contenus, facilité de lecture.

► Qualité des contenus.

 

Les points à prendre en compte

Encore une fois on ne navigue pas sur une page mobile comme sur une page desktop.

 

Structure

Faire attention que votre site mobile soit bien configuré : Sitemap, robots.txt, rattachement à la search console.

Vérifier que la structure de la version mobile est saine: pas de contenu dupliqué, url propres, temps de chargement optimisé.

Le balisage de correspondance entre une version desktop une version mobile ne change pas, même si le mobile devient « dominant » :

Sur la page pour ordinateur http://www.example.com/page-1, ajoutez :
[ link rel= »alternate » media= »only screen and (max-width: 640px) » href= »http://m.example.com/page-1″]

Sur la page mobile http://m.example.com/page-1, l’annotation doit être la suivante : [link rel= »canonical » href= »http://www.example.com/page-1″>]

Il est obligatoire d’utiliser cette balise rel= »canonical » sur l’URL mobile qui renvoie vers la page pour ordinateur.

Adapter l’affichage au device: entre mobiles, tablettes, phablettes, les tailles de devices sont nombreuses. La règle reste la même:

Afficher la balise View-Port:

meta name=viewport content= »width=device-width, initial-scale=1″

 

Templating

Faire un check des templates: sont-ils seo-friendly? Fil d’Ariane, Balises méta, Balise H1, Balises Hn, microdata, contenu éditorial, boutons Call To Action, liens internes, versions /amp.

Gérer les zones cliquables: préférer les boutons aux liens textes, difficilement accessibles sur mobile.

Chaque élément cliquable aura la taille minimum de 7mm et sera espacé des autres éléments de 2 mm.

 

Compatibilité Desktop / Mobile

Valider la compatibilité mobile de la hp et des pages profondes, grâce à l’outil « Test d’optimisation mobile ».

Affichage des contenus entre la version mobile et desktop : Google continuera de prendre en compte le contenu « caché » de la version desktop.

Les contenus entre mobile et desktop doivent être synchronisés (login par exemple), de telle sorte que le user peut naviguer entre les deux devices facilement.

 

Utilisabilité Mobile

Avertir le mobinaute des notifications, alertes, mises à jour peut se faire via le canal haptique (vibreur).

Limiter si possible l’utilisation du clavier.

Permettre aux mobinautes d’identifier les éléments cliquables.

Les mobiles recèlent de tout un tas de fonctionnalités qui peuvent être utilisées sur le site mobile.

Adapter au contexte d’utilisation du user: jour ou nuit, bruit ou silence (prévoir des chartes graphiques différentes).

 

Quelques outils disponibles

Analyse du temps de chargement de page par Google.

Test mobile-friendly

Test d’affichage sur différents types de mobiles